3.2.06

Quartiers d'Hiver : 11 février 2006, Requiem de Fauré

Suite du programme des Quartiers d'hiver avec un programme consacré presque exclusivement à la musique religieuse de Gabriel Fauré et notamment son Requiem.

Une oeuvre dont Fauré, à ceux qui l'interrogeaient sur sa genèse, disait :
"Mon Requiem a été composé pour rien...pour le plaisir si j'ose dire", ajoutant "Peut-être ai-je ainsi, d'instinct, cherché à sortir du convenu, voilà si longtemps que j'accompagne à l'orgue des services d'enterrement ! J'en ai par-dessus la tête. J'ai voulu faire autre chose". Et en effet, plus que
l’illustration d’une pieuse Messe des morts, cette oeuvre éthérée évoque une douce célébration du passage vers l’Au-delà. En version choeur et orgue, le Choeur d'oratorio de Lyon-Bernard Tétu (accueillis en mars 2004 pour un programme Schubert, Brahms, Bartók) déroule les sept parties d'une oeuvre qui fit de son auteur un compositeur "populaire"...

Accompagné de trois autres pièces de Fauré et d'une oeuvre du jeune compositeur Stefano Procaccioli, le Requiem sera ici présenté dans sa version originale (1888).
Une soirée qui s'annonce exceptionnelle si dame neige ne joue les invités de dernière minute !

Renseignements :

Labeaume en musiques 04 75 39 79 86
tarif : Plein tarif 14 € / tarif réduit : 10 € (scolaires, étudiants, demandeurs d'emploi sur présentation d'un justificatif).


Choeur d’Oratorio de Lyon

Au sein des Choeurs de Lyon-Bernard Tétu, le Choeur d’Oratorio de Lyon regroupe environ 45 chanteurs. Il est composé de jeunes chanteurs en formation professionnelle et de chanteurs amateurs de haut-niveau recrutés sur audition. Ces jeunes chanteurs peuvent ainsi pratiquer en choeur la musique vocale, avoir accès rapidement au grand répertoire et se produire régulièrement en concert.

C’est aussi pour les amateurs de haut-niveau la possibilité de participer à des moments importants de la vie musicale lyonnaise et nationale. Parallèlement aux répétitions régulières et en plus du travail vocal personnel exigé, les chanteurs du Choeur d’Oratorio de Lyon ont la possibilité de suivre une formation musicale complémentaire (solfège, lecture etc.) et bénéficient d’un stage annuel intensif. Ils fournissent ainsi un travail personnel de qualité.

L’appartenance au Choeur d’Oratorio est pour certains une première étape dans leur carrière. Cet ensemble se produit dans un répertoire varié allant de Bach aux créations contemporaines, dans des concerts avec piano, orgue, petit ensemble instrumental ou a cappella, sous la direction de Bernard Tétu ou de son assistante Catherine Molmerret. Le Choeur d’Oratorio de Lyon s’associe à l’ensemble professionnel des Choeurs de Lyon-Bernard Tétu (Solistes de Lyon, Choeur de Chambre) pour les programmes symphoniques notamment avec l’Orchestre national de Lyon sous la direction de son chef ou de chefs invités.


Catherine Molmerret
Catherine Molmerret dirige le Choeur d’Oratorio de Lyon après avoir créé l’ensemble vocal “Les dames de coeur” en 1995, et dirigé le Choeur mixte universitaire de Lyon pendant plus de 10 ans. Chargée de cours de chant choral au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon et professeur de chant choral au Centre Polyphonique Rhône-Alpes, elle enseigne également le chant à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Spectacle. Catherine Molmerret poursuit aussi une carrière de soprano lyrique commencée dans les ensembles de William Christie et Bernard Tétu. Elle se produit en récital de Mélodies ou pour des créations de musique contemporaine. En 1998 elle a fait partie de la tournée européenne avec Accro rap du spectacle Hip Hop Opéra.


Yves Lafargue
, orgue Diplômé du CNSMD de Lyon en 1998, Yves Lafargue a passé l'année 2000 au Japon, en tant que titulaire du grand-orgue de la salle de concerts de Sapporo. Gabriel Fauré, Requiem Pièce majeure de la musique française du tournant du siècle, le Requiem de Gabriel Fauré eu d’emblée un accueil chaleureux et son succès ne devait jamais se démentir. C’est dans sa version originale (1888) qu’il est ici proposé. Il faut écarter tout romanesque de l'inspiration du Requiem de Fauré. La mort de son père en 1885 et celle, trois ans plus tard de sa mère, n’ont pas été à l'origine de cette composition. Fauré confiait : "Mon Requiem a été composé pour rien . . . Pour le plaisir, si j'ose dire ! “. Plaisir musical d'assembler, de relier, selon ses voix intérieures, de mouvantes harmonies et de suaves, rêveuses et parfois austères mélodies. Il précisait lui-même le climat, les nuances dans lesquelles baigne son Requiem : ". . . on m'a dit qu’il n'exprimait pas l’effroi de la mort, quelqu'un l'a appelé une berceuse de la mort. Mais c'est ainsi que je sens la mort : comme une délivrance heureuse, une aspiration au bonheur d’audelà, plutôt que comme un passage douloureux... Peut-être ai-je aussi, d'instinct, cherché à sortir du convenu, voilà si longtemps que j'accompagne à l'orgue des services d'enterrement ! J'en ai par-dessus la tête. J'ai voulu faire autre chose."

Stefano Procaccioli
(né en 1960 à Trévise, Italie) Lacrimosa pour choeur mixte a cappella. Stefano Procaccioli est né à Treviso (Italie). Il fait des études d’orgue au Conservatoire J. Tomadini de Udine. Concertiste, il se produit en Italie et en France puis entre dans la classe de composition de Danièle Zanettovitch. Remarqué régulièrement à tous les concours de composition où il se présente, il obtient de nombreux prix dont en 1984 le 1er Prix du concours de Messina, en 1985 le 1er Prix au concours international V. Bucchi de Rome, en 1986 le 1er Prix au concours International de Tolosa en Espagne, puis il participe en 87 à la Biennale Internationale de Musique Contemporaine d’Helsinski. Actuellement, il enseigne au Conservatoire de Trieste et étudie à l’Ecole Supérieur de Fisole avec le maestro Giacomo Manzoni.

3 commentaires:

Jacques a dit…

Nous étions nombreux, mais le concert a été bien, pas trop triste pour une messe de requiem.
Dommage pour les absents.

Gourgounel a dit…

... et en plus j'avais les billets !

Anonyme a dit…

Very pretty design! Keep up the good work. Thanks.
»